Les droits syndicaux menacés aux HUG

vendredi 16 juin 2017
par  SF

Attaque contre une déléguée syndicale

Les droits syndicaux menacés aux HUG

Depuis 2015, le SSP attire régulièrement l’attention de la direction des HUG sur les mauvaises conditions de travail imposées au personnel du service de la stérilisation centrale. Face à l’incapacité des HUG à apporter une réponse à cette problématique, le syndicat a organisé assemblées et rassemblements pour dénoncer cette situation.

Dans ces circonstances, une déléguée du SSP a été agressée verbalement par un collègue coutumier d’une attitude inadéquate, principalement à l’encontre des collaboratrices.
Le SSP a donc demandé à la hiérarchie de garantir un cadre de travail exempt de tels propos et agressions.
Alors qu’un sérieux recadrage aurait probablement suffi à faire cesser ce comportement, les HUG ont décidé d’ouvrir une enquête administrative à l’encontre de l’agresseur. Lors de cette enquête, notre déléguée a subi de fortes pressions ainsi qu’un interrogatoire de 2 heures et demie.
Alors que la loi indique qu’une enquête administrative doit se faire dans un laps de temps d’un mois, une année et 3 mois après avoir dénoncé ces faits, ni les victimes des agressions, ni notre syndicat n’ont eu de retour sur le suivi des plaintes déposées.

Notre déléguée vit cette situation comme une atteinte à sa personnalité et une inégalité de traitement. Alors que son agresseur est absent du service depuis 15 mois mais continue à toucher son salaire, elle doit travailler dans de très mauvaises conditions et ignore les conclusions de l’enquête !

La direction des HUG a contribué aux attaques contre cette représentante syndical en faisant parvenir au SSP une lettre anonyme la salissant, semblant ainsi mettre en doute sa représentativité.
Malgré deux pétitions de soutien largement signées, ces attaques ont continué. Lors d’une rencontre avec le SSP, la direction a menacé de déplacer notre déléguée hors du service de la stérilisation centrale. Ces menaces portent atteinte aux droits syndicaux, notamment à la convention 87 de l’OIT qui garantit la liberté syndicale.

Le SSP a réagi en écrivant au directeur des HUG, M. Bernard Levrat, pour lui demander : que les HUG informent de l’avancement de l’enquête administrative ; qu’il soit garanti au personnel de la Stérilisation centrale qu’aucune agression n’y sera tolérée ; que la lettre anonyme salissant notre déléguée soit retirée ; que les menaces sur un déplacement de son lieu de travail soient retirées ; que les HUG respectent la liberté syndicale.

Le SSP mettra tout en œuvre pour que ces revendications aboutissent.

Affaire à suivre !


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930